Fiche d’information des patients sur la consultation d’Auriculothérapie

lundi 9 décembre 2013

Fiche d’information des patients sur la consultation d’Auriculothérapie

Fiche d’information éditée par « Auriculomedicine and Auriculotherapy Academy » (AMATA) ICAMAR – 2, rue Montbrun – F 75014 Paris www.icamar.org (décembre 2013)

L’Auriculothérapie (ou Acupuncture auriculaire)

Soigner un malade par l’activation des centres nerveux se nomme la réflexothérapie. Cette stimulation peut être faite depuis la muqueuse nasale (réflexothérapie endonasale) ou depuis la peau (réflexothérapie cutanée) : il existe de nombreuses modalités de ce type de soins, dont l’acupuncture.
L’acupuncture, médecine traditionnelle pratiquée en Chine depuis des milliers d’années, consiste en la stimulation de points qui sont définis par leur dénomination ainsi que leurs fonctions, indications et modalités d’utilisation. Leur stimulation habituelle est réalisée par de fines aiguilles métalliques.
Il existe un certain nombre de microsystèmes d’acupuncture : le crâne, la main, la face et l’oreille ; la plante des pieds se traite habituellement par massage.
L’acupuncture auriculaire consiste à traiter différentes affections par la stimulation de points déterminés du pavillon de l’oreille, à l’aide d’aiguilles ou d’autres stimulations (massages, laser, électricité,…).
L’auriculothérapie a été découverte par le Dr Paul Nogier (1908-1996), à Lyon. C’est la conception occidentale de l’acupuncture auriculaire, qui s’intègre parfaitement dans la médecine contemporaine.
L’acupuncture auriculaire a été standardisée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1990.
L’efficacité et la sécurité de sa pratique ont été évaluées par l’INSERM en 2013, à la demande du Ministère de la Santé. Ce rapport est consultable sur

http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/rapports-publies


Le déroulement de la séance d’auriculothérapie

Vous pouvez venir consulter un praticien auriculothérapeute directement, ou adressé par un autre praticien.
Votre praticien auriculothérapeute (médecin, sage-femme) établit un diagnostic médical à partir d’un interrogatoire et d’un examen clinique, pouvant être complété par des examens complémentaires (biologie, imagerie, tracés). Le praticien estimera si les troubles présentés peuvent justifier d’un traitement par auriculothérapie.

Le diagnostic des points d’oreille

Chez un malade douloureux ou angoissé, le palper le pavillon de l’oreille permet de préciser des points douloureux. L’efficacité du traitement est liée à la précision de ce diagnostic.
Pour rechercher les points correspondant à des troubles fonctionnels, le praticien pourra pratiquer un examen plus subtil : le pouls du malade. Les diverses sortes de stimulations effectuées sur l’oreille (appui avec une pression calibrée, éclairage par une lumière simple ou colorée, projection d’infrarouges,…) créent une stimulation. De manière inconsciente, le cerveau de la personne examinée analyse cette information. Durant ces quelques secondes, des variations d’amplitude du pouls (dénommées RAC) pourront être perçues par le médecin : ses connaissances lui permettront de choisir le point à traiter.
Dans tous les cas, le contrôle instrumental est possible. Un détecteur électronique permet de comparer les impédances d’un point d’1 mm² et de son environnement immédiat.

Les traitements des points d’oreille

• Les aiguilles simples (la classique aiguille d’acupuncture) sont stériles et à usage unique. Elles sont posées pendant quelques minutes,
• Les aiguilles semi-permanentes (A.S.P.) restent en place pendant quelques jours à semaines.
La pose d’aiguilles se fait classiquement sur un patient allongé. Un léger malaise vagal au lever est parfois observé.
Comme en acupuncture classique, une sensation de fatigue ou d’aggravation des symptômes peut se produire pendant 24 à 48 h.
• Des stimulations électriques peuvent aussi être préférées chez les personnes refusant les aiguilles et chez les enfants.
• La lumière infrarouge et le Laser sont totalement indolores et présentent une absence totale de contamination. Il convient de respecter les règles déterminées par le fabriquant.

Les différents organes du corps sont représentés à l’oreille

JPEG - 61.3 ko

Les indications de l’auriculothérapie
L’ANAES (qui a précédé la Haute Autorité de Santé, HAS) a validé un certain nombre d’indications pour l’acupuncture : les douleurs ; les nausées et vomissements postopératoires, induits par la chimiothérapie, ou pendant la grossesse ; les conduites addictives ; les troubles anxio-dépressifs ; l’énurésie ; la récupération après accident vasculaire cérébral ; la paralysie faciale.
L’INSERM a retenu 42 essais contrôlés randomisés (E.C.R.) ; plusieurs de méthodologie acceptable ont montré un bénéfice de l’auriculothérapie dans le traitement de la douleur peropératoire et de l’anxiété préopératoire.
En 1999, les praticiens ont indiqué un effet important de l’auriculothérapie dans : douleurs du rachis, névralgies, arthrose, pathologies douloureuses des membres, troubles psycho-émotionnels, conduites d’addiction, troubles fonctionnels à dominante algique ou psycho-émotionnelle, troubles du sommeil, migraines.
L’analyse bibliographique retrouve les indications principales suivantes : douleurs, addictions (tabac, alcool, cocaïne, et autres drogues), anxiété, insomnies et pathologies gynécologiques.
Les utilisateurs revendiquent une activité significative dans : les tics et les troubles du langage chez l’enfant, les problèmes musculo-tendineux des sportifs, les allergies, la sinusite, la boulimie, les troubles fonctionnels digestifs, les troubles du cycle menstruel, les hypofertilités, les bouffées de chaleur de la ménopause, ainsi que l’analgésie réflexe dans le cadre de la chirurgie.


La sécurité de l’auriculothérapie

Tout le matériel utilisé pour le diagnostic et les soins répond aux normes d’hygiène et de stérilisation en vigueur. Comme pour tous les dispositifs piquants ou tranchants, en fin de séance les aiguilles sont recueillies dans des collecteurs spécifiques qui seront ensuite ramassés et traités conformément à la réglementation.
La désinfection cutanée, recommandée pour tout malade, sera plus rigoureuse en cas de pose d’A.S.P. chez les sujets immunodéprimés, diabétiques, porteurs d’infections cutanées et de pathologie valvulaire cardiaque.
La formation correcte du professionnel médical (médecin, sage-femme, dentiste, vétérinaire) garantit votre sécurité. Leur qualité évitera de prendre en charge par auriculothérapie une pathologie qui doit être traitée d’une autre manière. Leur formation à l’hygiène les conduit à utiliser des aiguilles à usage unique. Des recommandations précisent le lavage des mains et la désinfection du pavillon de l’oreille.
Vous pourrez ressentir le bénéfice très rapidement ou de façon légèrement décalée. Plusieurs séances peuvent être nécessaires à résoudre votre cas. Signalez vos antécédents notables, vos maladies, vos traitements en cours, l’existence de prothèse, de pacemaker ou de défibrillateur implantable.


Téléchargez cette fiche :

PDF - 572.4 ko

Documents joints

PDF - 485.9 ko

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Fiche d’information des patients sur la consultation d’Auriculothérapie